L’intranquillité

Résumé

La réalité de la violence est la marque de l’indignité la plus absolue. Si, dans les faits, cette violence n’est pas différente pour les femmes et pour les hommes, elle touche néanmoins les sujets à des points de singularité radicalement différents. C’est cette dimension que nous mettrons en tension, en essayant de ne pas réduire la violence à un simple geste, mais à circonscrire l’espace du désarroi qui touche à l’Être.

Lire le reste de cet article »

Quand la maltraitance est agie par l’assistante maternelle : effets psychiques et modalités thérapeutiques

Résumé
Lorsqu’elle est infligée par l’assistante maternelle, la violence subie par l’enfant contamine la relation qui le lie à ses parents. En effet, parce qu’il se vit « livré » au quotidien à celle qui le maltraite, l’enfant, bien souvent, en vient à les penser complices. Aussi voit-on se constituer la figure combinée d’un Autre haineux, mêlant le visage de ses parents à celui de l’assistante maternelle. Le travail clinique impose alors d’accueillir la colère de l’enfant à l’égard de ses parents de ne pas l’avoir protégé, de n’avoir pas su, pas vu, pas compris. C’est là la première étape pour pouvoir déconstruire cette imago et permettre les retrouvailles de l’enfant avec ses parents réels.

Lire le reste de cet article »

Addictions et conduites dissociantes chez les sujets hyperstimulables

Résumé :

Les conduites addictives ne relèvent pas toujours d’une problématique de dépendance. Chez certaines personnes particulièrement sensibles, la consommation de toxiques peut être un moyen de réguler l’anxiété et les émotions négatives. Le produit favorise la dissociation et permet de retrouver ce sentiment d’étrangeté, de déconnection et de dépersonnalisation déjà expérimenté lors des situations traumatisantes vécues dans l’enfance. Ces conduites dissociantes peuvent prendre différentes formes et doivent être différenciées lors du traitement des conduites addictives. Après avoir exposé nos présupposés théoriques sur l’hyperstimulabilité (Dabrowski, 1964) et la dissociation péri-traumatique, quatre vignettes cliniques ainsi que le discours provenant des séances de thérapie de ces quatre femmes viendront illustrer notre propos.

Lire le reste de cet article »