Sur une hypothèse psychanalytique d’intrication de facteurs génétiques, épigénetiques et acquises dans la transmission de la schizophrénie

Résumé. Selon la théorie lacanienne chez les psychotiques le symbolique est en carence car cette opération de renvoi, propre à  la catégorie du signifiant, est défectueuse du fatigue le désir de la mère est resté  pour l’enfant sans médiation par la fonction du père en tant que tiers de la relation mère-enfant. Dans la schizophrénie (et certaines psychoses délirantes en général) dans des conditions spécifiques, la fonction du signifiant tombe en panne et le monde du schizophrène devient ainsi un monde où plusieurs événements sont énigmatiques et lui font signe. Le schizophrène essaie de pallier à ces signes qui l’envahissent, entre autres, par une humeur délirante  et  par l’apathie. Ces deux versions d’attitude correspondent à des processus stéréotypés (et humoraux) par lesquels le schizophrène essaie d’éviter l’angoisse que l’énigme du désir de l’Autre lui pose, et – en même temps – à des processus psychosomatiques de l’organe cerveau. Nous évoquons quelques mécanismes neurobiologiques qui pourraient être en rapport avec ces processus psychosomatiques.

Lire le reste de cet article »

Passe à ton voisin

Résumé. Comment aborder la question de la transmission en termes systémiques ? Que transmet-on aux familles touchées par la maladie mentale ? Quelle transmission émerge entre les thérapeutes, leur superviseur ou l’ensemble d’une équipe de thérapie familiale ? Via l’utilisation d’un « objet flottant » inspiré de ceux de Philippe Caillé, chaque thérapeute s’est saisi du thème, l’un écrivant à la suite de l’autre, faisant émerger une trame dense abordant de multiples registres. Il s’agit d’une retranscription fidèle d’un exercice initialement destiné pour être lu.

Lire le reste de cet article »

Les logiques de la psychose

 Résumé. Cet article se propose d’esquisser une métapsychologie de la psychose en se focalisant uniquement sur la description des processus psychiques qui sont caractéristiques de chaque pathologie, ce qui permet de dégager leur logique propre, et de montrer à chaque fois la dimension spatiale ou temporelle dont le patient fait abstraction. En effet, les discours et les comportements de la psychose nous apparaissent souvent comme incohérents, et pourtant, ils suivent des processus psychiques qui sont à la fois logiques et spécifiques à chaque pathologie, tel est du moins ce que cet article se propose de montrer en s’appuyant sur des vignettes cliniques. Il s’agira de voir comment l’expérience mal acquise de l’espace et du temps conduit les patients psychotiques à suivre des logiques imaginaires, que les logiciens appellent aussi des logiques formelles, parce qu’elles ont la particularité de faire abstraction d’une dimension spatiale ou temporelle de l’expérience, tandis qu’en pareille situation, les patients névrosés suivent des logiques empiriques. Ainsi, chaque pathologie de la psychose suit une logique imaginaire qui lui est propre : le processus psychique spécifique à l’autisme suit une logique trivalente ou floue, celui de la schizophrénie suit une logique hypothétique ou non-monotone, celui de la paranoïa suit une logique répétitive ou fractale, et celui des troubles bipolaires suit une logique associative, ce que l’on appelle respectivement dans la clinique de la psychose l’indifférenciation, l’hallucination, la systématisation, et le discours logorrhéique du coq à l’âne.

Lire le reste de cet article »