Genre, sexualité, universalité : assignations traumatiques?

Résumé

Au Maroc, les normes de genre et de sexualité ont de sévères gardien/nes, potentiellement en la personne de tout/e citoyen/ne. Les situations sont diverses et connaissent des réactions plurielles en fonction des rapports de classe et de race traversant la société marocaine. La transgression des normes de genre se paie toutefois généralement d’une cruelle répression physique, sociale, juridique et médiatique.

Peut-on cependant ici parler de traumatisme ? Est-il légitime de dire, en tout temps et tout lieu, que le genre, ou la sexualité sont des assignations traumatiques ?Comment utiliser ici cette notion dans sa spécificité psychanalytique (et non psychiatrique ou médiatique) et quelles implications a cette utilisation à la fois dans la révélation des limites ethnocentrées que peut connaître une psychanalyse universaliste, mais aussi dans la définition de ce que l’auteur appelle « psychanalyse mineure » ?L’auteur se propose de faire rapidement l’archéologie et la généalogie de cette notion, pour voir ensuite comment, utilisée de manière particulière, elle perpétue des subalternisations.

Lire le reste de cet article »

L’appropriation d’une sexualité minorisée

Cet article a fait l’objet d’une première publication dans la revue Interrogations? en 2015, dans le numéro 21.

Nous le publions ici dans son intégralité avec l’autorisation des auteurs et de la revue que nous remercions cordialement.

Les deux auteur-e-s sont classé-e-s par ordre alphabétique, leur contribution à l’article est équivalente.

Résumé 

Les recherches contemporaines sur l’homosexualité ont connu un
essor et une diversification au cours des trente dernières années
en France. Pourtant, les enjeux des trajectoires et des identités
gaies et lesbiennes restent majoritairement étudiés isolément.
S’appuyant sur deux corpus d’entretiens biographiques recueillis entre 2005 et 2012 auprès d’hommes et de femmes homosexuels âgé-e-s de 17 à 35 ans, cet article propose une analyse de la construction des subjectivités minoritaires. Il s’agit d’envisager comment la contrainte à la norme hétérosexuelle continue à produire des modes d’identification différenciés, en analysant l’articulation des rapports sociaux de classe et de genre. L’article se concentre particulièrement sur les premières années de la découverte de l’homosexualité, les implications en terme de définition de soi, et la manière dont ces hommes et ces femmes font le choix (ou pas) de dévoiler leur orientation sexuelle à leur entourage familial.

Lire le reste de cet article »