Fécondité de la clinique du trauma dans la rencontre avec le patient atteint de cancer

Résumé

 

Dans ce texte, j’ai voulu montrer en quoi une approche psychodynamique du patient confronté au cancer, fondée sur l’abord transférentiel du trauma tel qu’exploré de façon décisive par Ferenczi, Winnicott, etc., pouvait répondre aux besoins d’un grand nombre de malades.

La spécificité de cette approche thérapeutique, tant dans la rencontre que dans le processus de cure, peut en effet contribuer, pour le patient, à faire du trauma du cancer, à côté de son impact destructeur, une expérience qui peut être mutative, porteuse de vie et d’espoir. Elle peut notamment être l’occasion d’avoir accès à ces traumas des liens précoces, transgénérationnels ou de la grande histoire, si toutefois le psychanalyste est apte, à partir ed l’élaboration de ses propres traumas, à entendre l’appel à être et à naître de cet enfant issu du trauma n’ayant pas eu droit de cité, non attesté, et à le rejoindre dans ces confins entre la vie et la mort, lui permettant de traverser l’effondrement.

Lire le reste de cet article »

Le sexuel, Breuer, toujours le sexuel… » Mais encore ?

Résumé

A partir du clivage largement étudié de la problématique breuerienne du trauma et de sa restriction freudienne au sexuel, nous interrogeons ici la formalisation freudienne afférente qui d’emblée met en série le sexuel comme postulat d’une fonction universelle pour tout sujet, et ses conditions de modélisations : du côté de ses conditions de représentation psychique, et du côté des constructions du partenaire qui s’ensuivent. Nous terminons cette étude en posant l’axe de développement qui situe une logique hypostasique du père et du partenaire, dès lors construits comme modèles complexes.

Lire le reste de cet article »

L’apport de la psychanalyse en institution dans la clinique de l’autisme

Résumé. La psychanalyse apporte aux personnes autistes une spécificité dans une complémentarité d’approches, dans les suivis individuels, en lien avec les familles et dans les équipes. La rencontre avec une personne autiste dans ses intérêts sensoriels, sans imposer un regard en direct tout en accueillant les regards spontanés facilite la communication, évite des états de saturation sensorielle et émotionnelle, et diminue les angoisses spatiales. Avant d’exiger des comportements socialement adaptés, un travail en psychothérapie sur la construction du sentiment d’exister dans son corps et dans son environnement favorise la relance spontanée du lien et prépare à une meilleure disponibilité aux activités proposées et aux exigences sociales. La narrativité des éprouvés corporels, le jeu avec des variations sensorielles, la compréhension et la mise en sens des enjeux des comportements restreints réduisent les comportements violents, l’hyperagitation, les états de saturation sensorielle, l’état de clivage et les tensions musculaires. Le travail institutionnel à partir de l’analyse des effets du transfert veille à l’articulation d’approches complémentaires en lien avec les familles en évitant les clivages. L’apaisement que procure cette approche permet de diminuer les troubles du comportements des personnes autistes, le recours aux traitements médicamenteux et participe à leur évolution.

Lire le reste de cet article »